NC - 15
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 •• Time to be brave {pv elizabeth}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aeron H. White

avatar◈ Date d'inscription : 25/11/2012
◈ Messages : 28
Féminin
◈ Ft : Meghan Ory
◈ DC : Alpha
◈ Disponibilité : Dispo' !
◈ Fiche : ❝ Qu'y a-t-il de pire que de refaire les mêmes erreurs ? ❞
◈ Âge : 25 ans, morte depuis 04/2012
◈ Job : Serveuse à l'Auberge
◈ Liens : • Elizabeth F.
• Ayden W. ; Keith W. ; Scott T. ; Oliver W. ; Arthur A.
••Plus ?
◈ Particularités : « Crépuscule », elle est capable d'entrer dans les rêves des gens sans s'en rendre compte...

MessageSujet: •• Time to be brave {pv elizabeth}   Mar 18 Déc - 16:50



TIME TO BE BRAVE
Le mensonge est une douce mélodie. Un genre de chanson qui sonne aux oreilles, une berceuse qui endort les sens. A vrai dire, Aeron ne saurait le dire : quelle est la sensation, lorsqu’on sait qu’on nous ment ? Elle, elle ne le savait pas. Reprenons. Elle était morte depuis un an, on lui disait qu’elle avait simplement eut un blackout. Elle avait tué sa copine dans un tragique accident, on lui disait que Serah était partie. Qu’elle l’avait quittée, qu’elle avait refait sa vie loin d’Holy Cross. Ses parents étaient partis dès qu’ils en avaient eu l’occasion, sur ça, on ne lui mentait pas vraiment. On disait que son père avait trouvé un travail plus intéressant dans un hôpital réputé. Elle ne savait pas si elle devait y croire. Pourquoi se poser des questions en fait ? Les gens qui lui mentaient étaient ceux en qui elle avait le plus confiance. Pour quelle raison l’auraient-ils trahie ? Aucune raison. Ses sens dormaient profondément. Peut-être aussi parce que la vérité n’avait rien de logique, peut-être parce qu’évoquer toutes les possibilités était terrifiant. Elle préférait la naïveté. C’était utopique, sa réalité devenait tout aussi utopique que fausse, mais c’était rassurant. D’ailleurs, elle n’avait pas cherché à se rappeler. Pourquoi creuser une terre obscure et effrayante quand les gens vous donnent une réponse tout faite qui marche extrêmement bien ? « Aeron ? Tu as simplement eut une amnésie, ça arrive parfois, t’inquiète pas, ça devrait revenir. » Hé quoi ? Elle était tombée et s’était cognée la tête ? Aucune blessure. Elle avait bien détaillé l’ensemble de son corps, plusieurs fois, mais elle n’avait rien vu. Mais les gens lui avaient dit la même chose, à l’unisson « S’il se passe quelque chose, quelque chose d’inexplicable, dis-toi que la science l’expliquera par ton Blackout. » Elle n’allait pas chercher plus loin, sa santé n’était pas la chose qui la préoccupait le plus. Il y avait beaucoup de raison de paniquer, de ne rien comprendre, de perdre la tête, mais pour elle, tout restait calme. Pas de colère. Pas de tristesse. Un brin de déception, bien sûr, mais rien de plus…

• • •
La rue était belle. Noël avait été … Un peu étrange cette année, mais le mois de février commençait bien. Certes, le quatorze serait forcément une date douloureuse. La Saint Valentin, tout ça. Surtout qu’ici, les gens semblaient beaucoup y tenir. A nouveau, je me sentais mal. Serah me manquait. Ma famille me manquait. Mes parents, mon frère… Mais il fallait voir le bon côté des choses, si je ne me souvenais pas de choses, c’est qu’il y avait sans doute une bonne raison à ça ! Il me restait à voir vers l’avenir et refaire ma vie, en somme. Ça paraissait difficile, mais j’étais sûre qu’au final, ce ne serait pas si difficile que ça. Marchant dans la rue en shootant des morceaux de neige gelée – d’ailleurs, c’était douloureux de taper là-dedans – je resserrai ma veste contre mes épaules. Je n’avais pas froid pourtant. Juste un automatisme comme beaucoup d’autres. Elle était rouge, rouge pétant, et les boutons étaient noirs. Je portais des leggins en laine triple épaisseur et des bottes fourrées sombres. J’étais sur la route pour aller bosser, apparemment j’avais toujours ma place là-bas, ou alors Scott avait juste lui aussi émis quelques pépites de vérité. A vrai dire je m’en fichais, j’aurais le temps de remettre en ordre tout ça après. Comme un puzzle. Ma vie était un puzzle. C’était ça, exactement. Une sorte de jeu sans objectif autre que d’aller au bout. S’il y avait un bout. Je passai devant un grand bâtiment, j’avais l’impression de découvrir une ville inconnue, pourtant rien ne changeait vraiment. Si la météo était juste, on prédisait une tempête colossale pour ce soir, et les vagues autorités qui se disaient compétentes – genre Even... – avait gentiment fait passer le mot de ne pas sortir, de rester chez soi ou chez qui on voulait avec de bonnes réserves. Juste au cas où. Dans n’importe quelle ville d’Amérique, ça aurait sans doute provoqué un mouvement de panique destructeur, mais en Alaska, qui plus est à Holy Cross, c’était bien souvent des annonces hebdomadaires. Je marchais d’un pas rapide, observant mes chaussures se couvrir de neige, elle tombait en fins flocons, le genre qui s’accroche aux cheveux. D’ailleurs, dans les miens ils ne fondaient pas. A force de jouer à celle qui ne regarde pas où elle va, je butais dans quelqu’un. Le sol était gelé, tout se passa très vite, j’eus juste le temps de me rattraper au mur pour ne pas finir sur les fesses. Oui, je n’aurais pas été prise si j’avais tenté un championnat de patinage artistique. La silhouette que j’avais heurtée glissa. J’allais fondre en excuses, je baissais les yeux pour la suivre du regard et grimacer en entendant la chute. « Mince ! Désolée ! Je ne vous avais pas vue ! »



_________________
« It's okay, I'm here now. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth V. Fletcher

avatar◈ Date d'inscription : 03/12/2012
◈ Messages : 96
◈ Ft : Karen Gillan.
◈ Disponibilité : 2/2.
◈ Fiche : Karen Gillan
Elizabeth V. Fletcher

◈ Âge : 25 ans.
◈ Job : Directrice de la Gazette.
◈ Liens : Dylan Owens; blablabla.
◈ Particularités : « Vision de la mort ».



MessageSujet: Re: •• Time to be brave {pv elizabeth}   Mer 9 Jan - 17:29

« TIME TO BE BRAVE. »

* * * * * *
Le soleil se levait, et les rayons de lumière qui parvenaient à transpercer la cime des arbres vous éblouissaient, se reflétant dans les flocons de neige légère qui tombaient gaiement, virevoltants au gré du vent avant de se poser, tels de petits papillons blancs un matin d'été. Absorbée par ce magnifique spectacle qui me fascinait depuis mon enfance, je marchai sans vraiment me préoccuper d'où je pouvais mettre les pieds, la tête littéralement dans les nuages. C'est que ce chemin menant au QG de la Gazette, je le connaissais par coeur. La moindre marche, la moindre bosse ou descente était amorcée avec un automatisme à faire pâlir le plus évolué des robots. Cependant, s'il y avait bien une chose que je ne pouvais anticiper, c'était les passants qui comme moi, avaient la tête ailleurs et ne regardaient pas où ils pouvaient bien aller.

Et comme s'il s'agissait d'un scénario téléphoné d'une mauvaise série télévisée, la suite coule de source. Le nez en l'air, l'esprit ailleurs, je percutai alors quelque chose qui n'aurait pas dû se trouver là. Du moins dans mes souvenirs, rien ne faisait obstacle jusqu'à hier soir sur cette partie du chemin. Les fesses à terre, je n'eu cependant pas le temps de relever la tête pour voir de quoi il s'agissait. Une douleur intense transperça ma boîte crânienne, et comme dans un mauvais rêve, des images sombres et d'une rare violence défilèrent devant mes yeux.

Une femme se tenait là, debout face à moi. Le regard dans le vague, si triste, désespéré, elle ne me voyait pas. J'étais comme un fantôme, un voyeur, j'étais là où je n'aurai pas dû être mais cela importait peu car l'on ne me voyait pas. Grande, brune, jolie et encore si jeune, et pourtant déjà suicidaire. C'est à ce moment là que son regard si triste et désespéré prit tout son sens, quand je la vis lever une arme à feu et la braquer contre sa tempe. Je l'entendis prononcer quelques mots, certainement ses dernières paroles, puis l'image se brouilla en un bruit sourd. Le coup était parti.

Relevant la tête vers celle que j'avais percutée, je ne compris pas ce qu'il venait de se passer. Tout ce que je savais, c'est que cela avait duré moins de temps qu'il ne m'en avait paru. Ça avait bref, mais intense, et lorsque mon regard arriva au visage de celle qui me faisait face, je ne pu étouffer un cri de surprise. Celle que je venais de voir se suicider me faisait face, et l'apparence qu'elle avait ne me laissait aucun doute quant à la véracité de cette "vision".

Il me fallut quelques secondes pour reprendre pied, et alors que je me relevai sans prêter attention à ses excuses, ni même lui en présenter moi-même, une question me brûlait les lèvres. Mon regard maintenant plongé dans le sien, je ne pu m'empêcher de la lui poser.

« Qui est Serah ? » Après quelques secondes de silence, je me rendis enfin compte que mon attitude était des plus déplacée, et même si j'avais pour habitude de ne pas réfléchir aux conséquences que peuvent avoir certaines pensées formulées à haute voix, je n'étais pas le genre de femme impolie et hautaine que je pouvais parfois le laisser paraître.

« Excusez-moi, je suis désolée, de vous poser cette question aussi sèchement, alors que je ne vous connais pas... et de vous avoir bousculée aussi, j'espère que vous allez bien ? » me confondant alors en excuses, rougissante et mal à l'aise, je ne savais plus où me mettre tellement je me sentais mal, d'une part d'avoir bousculé cette pauvre femme dans tous les sens du terme, mais également à cause de ces images traumatisantes arrivées de nul part.


_________________

Tous deux pris on sort D'une danse mouvementée J'embrasse tes levres mortes Et j'essaie De déchiffrer tes yeux, De te rendre amoureuse de moi Mais je suis a ce jeu Maladroit Tous deux pris on sort Le long des cafés Finir ivre mort Ca me plait Tu avoue et je veux Finir amoureux de toi Je te suis a ce jeu Maladroit Tout deux pris on sort D'une danse mouvementée...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-silence-has-fall.pro-forums.fr/
 •• Time to be brave {pv elizabeth}Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» 08. Remember that time is money - Benjamin Franklin
» All Time Low